1. Tout savoir sur le Contrôle Technique Automobile
  2. Qu’est ce que le Contrôle Technique Automobile ?

    Il s’agit d’un contrôle réglementaire, visuel et sans démontage, qui permet de vérifier périodiquement l’état des principaux organes de sécurité d’un véhicule. Il est réalisé dans des centres et par des contrôleurs agréés par l’État garantissant une évaluation objective et impartiale. 116 points de contrôle sont passés en revue par un contrôleur en 1 heure environ.

    Quels véhicules sont concernés par le contrôle technique ?

    Le contrôle technique concerne les voitures particulières (VP sur la carte grise) de 4 ans ou plus, ainsi que les véhicules type « utilitaires légers » de moins de 3,5 tonnes.

    Quand effectuer son contrôle technique?

    Dans les 6 mois qui précèdent le 4ème anniversaire de la mise en circulation de votre véhicule pour la première fois, puis tous les 2 ans (consulter votre carte grise pour obtenir la date de mise en circulation de votre véhicule).

    Vous vendez un véhicule de plus de 4 ans?

    Si votre dernier contrôle date de moins de 6 mois, vous devez remettre le procès verbal du contrôle technique à votre acquéreur.

    Dans le cas contraire (votre contrôle date de plus de 6 mois), vous devez soumettre le véhicule à un nouveau contrôle et remettre le procès verbal à votre acquéreur.

    A noter que si une contre-visite est prescrite (défaut à corriger sous 2 mois), votre acquéreur devra s’en acquitter dans les délais. Si une contre-visite a été réalisée, remettez le procès-verbal à votre acquéreur.

    Qu’est ce qu’une contre-visite?

    C’est un second examen nécessaire pour vérifier si les points défectueux détectés lors d’une visite initiale, ont été réparés. A la suite de votre visite initiale, si une contre-visite est prescrite, un délai maximal de 2 mois vous est accordé pour effectuer les réparations et représenter votre véhicule. Passé ce délai, une nouvelle visite technique complète est nécessaire.

    Un centre de contrôle peut-il effectuer des réparations ou préconiser un garage si mon véhicule nécessite une contre visite ?

    Absolument pas. Un centre de contrôle technique ne peut vendre que du contrôle technique, il doit être indépendant de tout commerce de réparation automobile.

    PS : Il arrive parfois qu’un centre de contrôle soit abrité dans des locaux de réparation et de commerce automobiles. Il s’agit alors d’un « centre de contrôle auxiliaire ». Dans ce cas là, afin de garantir l’impartialité du service, la prestation de contrôle est réalisée par des contrôleurs issus d’un réseau de contrôle agréé. Pour savoir si un centre de contrôle est un centre « auxiliaire », reportez vous à son numéro d’agrément : il commence toujours par la lettre « A ».

    Quels sont les risques encourus si le contrôle technique n’est pas passé dans les temps ?

    Vous risquez une contravention de 4ème classe, soit environ 135 € d’amende et votre carte grise peut vous être retirée.

  3. Nos conseils pour éviter une contre-visite
  4. En France, plus de 20% des véhicules ne réussissent pas leur examen de contrôle technique du premier coup et doivent être représentés, après réparation, pour une contre-visite. Afin d’éviter ces désagréments et de payer une contre-visite (environ 20 €), Contrôle Auto.com vous donne ci-dessous quelques conseils de prévention facile à appliquer, concernant les 5 fonctions les plus souvent défaillantes :

    1. Freinage
    2. Si vous remarquez que votre voiture se déporte à gauche ou à droite lorsque vous freinez, cela peut être le signe que vos freins sont en mauvais état. Si vous devez changer vos plaquettes de freins, ne les montez pas juste avant de passer votre contrôle, ou faîte au moins 50 km avant de présenter votre voiture : les plaquettes non rodées amoindrissent les performances du freinage.

      Pensez également à vérifier le niveau du liquide de frein, si ce dernier est bas, vérifier la présence de fuites éventuelles.

    3. Eclairage / Signalisation
    4. Vérifier l’ensemble des éléments d’éclairage de votre véhicule : feux de croisement, de route, signaux de détresse, feux de position, clignotants, feux de stop, troisième feu de stop et catadioptres. Tout votre système d’éclairage doit fonctionner, depuis les témoins du tableau de bord jusqu’à l’éclairage de votre plaque d’immatriculation.

    5. Pneumatique
    6. Si vos pneus sont endommagés (déformés, déchirés, usés avec moins de 1,6 mm de profondeur de sculpture), vous devez les changer avant le contrôle. Vérifier également la pression de vos pneus.

    7. Pollution
    8. Vérifiez que votre pot d’échappement est correctement fixé en se secouant à froid. Vérifier également que la fumée de votre véhicule ne soit pas de couleur anormale (blanche, noire, ou même bleu) et sorte avec une opacité normale.

    9. Plaques d’immatriculation
    10. Vérifiez que vos plaques d’immatriculation (avant et arrière) sont bien fixées et non détériorées. Notez également que seules les plaques réglementaires sont acceptées.

      Autres points à vérifier :

      L’état de votre pare-brise (pas de fissures supérieures à 30 cm), le bon fonctionnement de votre avertisseur sonore, les balais d’essuie-glaces, le niveau du liquide lave-glace, l’état de vos rétroviseurs (intérieurs et extérieurs), le bon fonctionnement des ceintures de sécurité, le niveau d’huile de votre moteur. Et bien sur, pensez à vous munir de votre carte grise lorsque vous présenterez votre véhicule pour son contrôle.

  5. Que faire en cas de litige avec un centre de contrôle ?
  6. Vous pouvez être en litige avec un centre de contrôle concernant l’un des points suivants :

    • Un défaut apparent non relevé et non consigné lors du contrôle
    • Votre voiture a été endommagée lors du contrôle (les moteurs diesels sont notamment soumis à des efforts conséquents)
    • Une panne survient juste après le contrôle

    Ce que vous devez faire :

    95% des centres de contrôle sont affiliés à un réseau et chaque réseau dispose d’un service consommateur dont le rôle est notamment de gérer les litiges clients.

    Chaque centre de contrôle dispose dans ses locaux d’une affiche expliquant les recours et la procédure à suivre en cas de litige, avec les services et/ou personnes à contacter.

    La première étape consiste donc à vous adresser au service consommateur du réseau auquel le centre de contrôle est affilié.

    Si le litige n’est pas réglé, vous pouvez vous adresser à la Direction Départementale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes.

    En cas de conflit, faites constater les problèmes par huissier mais garder en tête qu’une transaction amiable est toujours préférable à un procès.