Rouler commence à devenir un gouffre pour les ménages ?

Selon une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), la voiture représente l’une des dépenses les plus lourdes pour les ménages au même titre que l’alimentation et juste derrière le logement. De plus en plus d’automobilistes rencontrent aujourd’hui des difficultés dans la gestion de leur budget auto, contraignant certains à réduire leurs déplacements. Avec la hausse du carburant, la fiscalité, les coûts d’entretien ou encore les primes d’assurance, pas facile de s’y retrouver. Alors disposer de sa propre voiture est toujours intéressant en 2019 ? Les pistes.

Budget auto : focus sur les différents postes de dépense

En 2017, l’investissement moyen pour l’achat d’une voiture neuve s’élevait à 6 000 euros, une somme importante certes, mais qui couvre plusieurs types de frais :

  • Prix d’acquisition du véhicule
  • Assurance auto
  • Entretien
  • Réparations
  • Droits de stationnement
  • Péages
  • Carburant

Tout comme la fiscalité, le prix de ce dernier est affecté par une hausse permanente ces dernières années. En 2017 par exemple, le prix du gazole a augmenté de 11,2 % à la pompe, contre 5,6 % pour l’essence sans plomb. À terme, l’écart de prix entre ces deux types de carburant va devenir nul, sachant que le gouvernement envisage même d’aligner leur fiscalité dans les années à venir…

Outre le carburant, les frais d’entretien accusent également une nette augmentation, soit de 3 % à 3,9 % deux ans plus tôt, et cela en fonction des marques. Quant aux primes d’assurance, elles représentent jusqu’à 1,6 % du budget auto des ménages. Vient enfin le prix du véhicule à proprement parler qui s’élève à 25 800 euros en moyenne, de quoi freiner certains particuliers les plus modestes.

Disposer d’une voiture est toujours indispensable pour 70 % des Français

Malgré l’augmentation des dépenses nécessaires au bon fonctionnement de leur véhicule, la majorité des automobilistes français n’ont pas l’intention de se passer de leur voiture. Selon une étude menée récemment par le cabinet Kantar, près de 90 % des Français surveillent actuellement leurs dépenses auto de plus près. Le sondage indique entre autres que 73 % des particuliers ont toujours besoin de disposer de leur propre voiture, notamment les ménages habitant en zones rurales et périurbaines où les transports en commun sont souvent rares.

Limiter les déplacements pour conserver sa voiture

Pour ces automobilistes, la situation n’est pas toujours évidente et plus de la moitié d’entre eux (54 %) sont dans l’obligation de changer certaines habitudes. Chacun a donc ses propres astuces pour essayer de réduire au maximum ses dépenses tout en conservant sa voiture :
46 % des automobilistes en zones périurbaine et rurale décident de limiter leurs déplacements quotidiens, voire à en annuler si besoin.
40 % vont même à réduire le nombre de kilomètres parcourus habituellement.
Ce phénomène est de plus en plus fréquent en zone rurale et commence à toucher les automobilistes se trouvant dans les grandes villes. En Ile-de-France par exemple, certains usagers n’hésitent plus à emprunter les transports en commun pour se déplacer…

Voiture neuve, occasion ou low-cost, les ventes continuent

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la situation actuelle n’impacte que peu la volonté des ménages à acheter une voiture. Dans cette optique, un Français sur trois n’hésite pas à sacrifier certains postes de dépense pour s’acheter un nouveau véhicule. Parmi les personnes sondées qui envisagent cette acquisition :

  • 29 % déclarent réduire les dépenses de loisirs et de sorties pour concrétiser leur projet,
  • 53 % réduisent les dépenses sur les vacances,
  • 42 % préfèrent rogner sur les achats de vêtements.

À plus de 25 000 euros le prix moyen d’un véhicule neuf, près de 51 % de ces ménages ont des difficultés dans le choix d’un modèle adapté à leur budget. Si on parle encore de chiffre, 40 % des automobilistes actuels pensent que les voitures d’occasion récentes sont plus avantageuses financièrement et 45 % d’entre eux n’hésitent même plus à se tourner vers les offres low-cost, ce qui explique d’ailleurs le succès fulgurant de Dacia, la filiale de Renault, ces derniers temps.

Prime à la casse : une aide précieuse pour les ménages modestes

Parallèlement à l’augmentation progressive du budget auto des ménages, le secteur de l’automobile retrouve un certain souffle grâce à la mise en place de la prime à la conversion lancée par l’État depuis 2018. Pour les particuliers disposant d’un véhicule dont l’état n’est plus satisfaisant, aussi bien du point de vue environnemental que sécuritaire, ce nouveau dispositif constitue un soutien financier non négligeable.

Depuis le début de l’année 2019, le site du ministère de la Transition écologique et solidaire a déjà enregistré plus de 60 000 demandes selon encore l’étude du cabinet Kantar. En moyenne, ce chiffre représente 11 % des ventes auto en France, sachant que 88 % de celles-ci ont été effectuées par des ménages non imposables.

Aujourd’hui, entre la hausse globale des dépenses auto, les mesures anti-pollution adoptées par le gouvernement ainsi que la chasse aux voitures diesel anciennes dans les centres de contrôle technique de nombreuses villes françaises, les automobilistes se retrouvent dans une impasse alors qu’ils ne peuvent pas encore se passer complètement de leur véhicule, du moins pour le moment…

Photos : pmdstatic.net ,autoplus.fr

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *