Transformer sa voiture en véhicule électrique

Alors que les grands constructeurs développent des véhicules électriques à la pointe de la technologie pour concurrencer directement les véhicules à carburant, une nouvelle voie s’ouvre à la VE : celle des voitures électrifiées obtenues grâce au processus de « rétrofitage ». Ce nouveau concept, initié par la start-up orléanaise Transition One, consiste à transformer une voiture à moteur thermique en modèle zéro émission.

« Rétrofitage » : un nouveau concept signé Transition One

Dans une démarche écologique, la France n’est pas le seul pays à limiter la circulation de voitures diesel sur son territoire, une interdiction qui frappe déjà la plupart des grandes villes de l’Hexagone. Soucieuse de donner une seconde vie à nos véhicules à moteur thermique, la start-up Transition One vient de lancer un concept innovant baptisé « rétrofitage ». Il s’agit d’une technique permettant de convertir une voiture à carburant en modèle électrique.

Pour l’heure, Transition One est encore en phase expérimentale selon son fondateur, Aymeric Libeau. Qu’à cela ne tienne, l’équipe de la start-up est sur le point d’expérimenter une centaine de modèles, avec l’objectif de lancer 200 précommandes d’ici la fin de l’année 2019. Tout le processus de transformation s’effectue dans un atelier près d’Orléans, à Argent-sur-Sauldre (Cher), qui fait à la fois office de garage auto et de laboratoire.

Tests : les marques françaises au premier rang

Aux dernières nouvelles, Transition One est sur le point de mettre la main sur une Renault Twingo 2ème génération, avec un nouveau moteur électrique de 50 kW, soit l’équivalent d’un moteur de 65 chevaux. Dans un autre coin du garage, une Fiat 500 est aussi en phase de transformation.

En plus de ces « démonstrateurs », l’atelier de la start-up accueillera d’autres modèles dans les prochains jours, à savoir :

  • Des citadines de segment A : Peugeot 107, Citroën C1, Toyota Aygo…
  • Des segments B : Peugeot 206, Renault Clio, Volkswagen Polo
  • Des utilitaires

Comme l’opération nécessite le remplacement de certains composants et pièces tels que le moteur thermique et le réservoir, Transition One a fait appel à MP Rezeau afin de les adapter et les faire coïncider avec les spécificités de chaque véhicule.

100 km/h : une vitesse de pointe acceptable

Contrairement à ce que l’on peut imaginer, la boîte de vitesses ne subit aucune modification, de quoi se démarquer des modèles électriques proposés dans le commerce. Pour rappel, ces derniers fonctionnent avec une seule vitesse à l’exception de la VE de Porche, la Taycan, qui devrait en comporter deux.

Ainsi, la Twingo se conduit comme sa version originelle, avec levier de vitesse et embrayage. Il faudra donc quelque temps pour s’habituer à l’absence de compte-tours et de bruit de moteur afin d’identifier le moment idéal pour changer de vitesses. Pour économiser de l’autonomie, elle est dotée d’un système de récupération d’énergie qui se déclenche automatiquement lors de la décélération.

Quant aux modes de conduite, on peut choisir entre Confort et Eco, sachant que le comportement routier ne change pas. Concrètement, les composants originaux, notamment le moteur thermique et le réservoir, sont remplacés, aux mêmes endroits, par un nouveau moteur électrique et des batteries. Pour des raisons pratiques, le poids total de ces nouveaux composants est pratiquement identique à celui des anciens.

Concernant la performance des futurs véhicules « électrifiés », les modèles équipés en série bénéficieront d’un moteur électrique d’une puissance entre 35 et 50 kW, soit l’équivalent d’un moteur thermique de 48 à 68 chevaux. La petite équipe d’Aymeric Libeau espère atteindre une vitesse de pointe de 100km/h avec une autonomie de 100 km. Pour le moment, elle teste des fournisseurs étrangers, notamment Belge, Slovène, Autrichien et Américain.

Immatriculation « W » pour les prototypes

Transition One prévoit convertir jusqu’à 2000 véhicules thermiques en électrique pour l’année 2020, un projet qui concerne aussi bien les voitures en ville que celles à la compagne. Les modèles modifiés porteront un « W » sur leur plaque et seront tournés vers un usage quotidien sur de courtes distances.

Selon le fondateur de la start-up, la signature d’un arrêté devrait être effectuée avant la fin de l’année afin que les voitures transformées puissent circuler librement en France. Quant au prix de l’opération, il faut prévoir environ 5 000 euros. En effet, le prix réel est d’environ 8 000 euros, mais une prime écologique de 3 000 euros est allouée aux particuliers souhaitant modifier leur véhicule à carburant en modèle électrique.

Photos : leparisien.fr, lpnt.fr

Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *